lundi 19 janvier 2015

Chapitre 1... Rideau!


Un petit peu de nous : 


Le soleil se lève sur la France


Ça y est les conneries c'est fini, notre voyage initiatique a pris fin, nous sommes rentrés. On a eu énormément de plaisir à revoir nos proches, l'avant départ et le retour sont excellents pour ça, bon par moment avant le départ on a eu l'impression de partir vers la mort mais on en est revenu... Pour ceux que ça intéresse, le budget a été tenu et comme pour pouvoir budgétiser il faut bosser, allez hop au boulot et qu'ça saute !
On reprend doucement nos habitudes et continuons à tourner autour du soleil, jour après jour. Rien ne paraît avoir changé. On ne va pas faire un bilan, les articles écrits durant cette année le font pour nous, tout est là, enfin ce à quoi on a pensé et ce que l'on a bien voulu y mettre. On ne se sent pas réellement changé, le temps nous le fera savoir, on a pas non plus l'impression d'avoir réalisé un rêve comme «les gens» disent. Plutôt d'avoir eu droit à une année enrichissante, intéressante sur le plan humain, intense comme celle que l'on peut vivre à l'adolescence lorsqu'on vit pleinement, sans réelle contrainte.
Quoiqu'il en soit on a pris beaucoup de plaisir à parcourir un p'tit bout du globe, ridiculement petit en fait si l'on prend la peine de zoomer un peu, encore une vingtaine d'année comme celle-là et on pourra faire les malins !
Du plaisir également à partager avec vous à travers le blog, skype et facebook qui permettent de rester connecté et par moment ça a été important de se sentir plus proches que ce qu'on était physiquement. Pour pas mal d'entre vous 2014 a également était une année enrichissante, un départ pour une nouvelle vie. Certains ont fait la chose la plus simple et pourtant la plus incroyable qui soit, ils ont crées un être, bienvenu à eux et encore félicitation! N'en faisons pas trop, quand on y pense ils n'ont pas tellement de mérite vu le plaisir éprouvé lors de la conception :-), seulement par chez nous procréer est devenu un vrai choix depuis peu!
On s'attarde sur ce sujet car ça permet de mettre en perspective notre aventure à nous, à savoir 11mois à vadrouiller, faire un enfant est une tout autre aventure, celle-là se joue dans une autre sphère. Un peu comme acheter une maison... nan ça va calmez vous j'déconne:-).


Pour revenir au blog, l'écrire nous a fait découvrir quelques trucs comme :

- ça fait bien longtemps que l'on a quitté les bancs de l'école et dans nos boulots respectifs on écrit pas tellement, excusez les 5000 fautes de grammaires, autant de conjugaisons et le milliard de fautes d'aurteaugraf, pardon orthogaffe au temps pour moi!
- les connexions peuvent êtres nos meilleures ennemies comme de solides partenaires.
- parfois, t'as juste pas envie d'écrire
- d'autre fois c'est vraiment excitant
- ça prend le temps que l'on veut bien lui accorder
- n'est pas photographe professionnel qui veut
- c'est cool de partager
- on met plein de point d'exclamation partout, pour mimer l'étonnement, le rire, l'énervement... et bien sur l'exclamation !
- on s'est découvert un fan club de qualité malgré la médiocrité de nos écrits
- c'est un super souvenir


Le voyage nous aura quand même appris que :

- les transporteurs, en particulier les chauffeurs de tuk-tuk et assimilés ne sont jamais, au grand JAMAIS tes amis, à toi le voyageur!
- l'on peut se nourrir de riz ou nouille et légume à tout les repas! Et même manger du poisson frit au p'tit déj!
- moi Emilie je peux désormais manger salé le matin, qui l'eu cru!
- le confort dans un 4x4 est spartiate, surtout la nuit
- la terre est ronde, maintenant on en est vraiment sûr
- sans eau chaude tu te laves quand même, moins souvent mais quand même...
- même quand T'ES pas là les gens continuent à vivre, J'AI été scandalisé en l'apprenant!
- quand tu prends l'avion tu peux te prendre pour dieu...
- parfois tu négocies comme un damné pour te rendre compte 2 minutes plus tard qu'il s'agissait de 10cts...
- la qualité de la bière est correct partout sauf en Indonésie, en Belgique c'est un travail d'artiste
- il n'y a pas deux padthaï identiques
- en Asie les gens ne disent jamais NON, c'est culturel. (en France ce serait plutôt notre devise)
- tu peux être étranger est être accueilli comme un frère
- dans le fond les gens ne sont pas si différent les uns des autres, concernant la forme c'est une tout autre histoire
- les gamins en Asie sont vraiment trop miiiiiiignons (je sais je sais, comme chez nous:-))
- les tropiques ça piquent, la faute aux moustiques
- le monde du silence est fascinant
- on peut voir des requins et ne pas se faire manger, bon ok ils ne faisaient pas 5 mètres non plus
- tu peux transpirer non-stop, même la nuit
- au troisième millénaire après djézeüs il n'y a plus grand chose à explorer pourtant le reste du monde continue à effrayer, cherchez l'erreur
- les hommes en particulier aiment se racler la gorge, souvent
- quand tu n'as pas de chaise et bien tu t'assois sur tes pieds et c'est vachement confortable!
- concernant les transports plus tu dépenses d'argent plus tu gagnes de temps; mais pour aller où?
- les vêtements n'aiment pas le lavage manuel, mais alors pas du tout
- l'apparence physique en voyage devient très, mais alors très, secondaire surtout quand t'as pas de miroir
- ponctuellement la célébrité c'est vraiment sympa mais à la longue c'est fatigant:-)
- à cache-cache le requin-baleine gagne à tout les coups
- le travail des enfants n'est malheureusement pas rare : Tchang toutes dents dehors est un homme, il bêche comme un homme, dirige ses buffles d'eau comme un homme, conduit comme un homme, fume comme un homme, à douze ans il subsiste comme un homme...
- être en été pendant presque un an, c'est cool
- essayé de convertir l'euro une fois en France ne sert à rien, ça n’apporte aucune information supplémentaire
- on nous avait dit que le monde n'était pas très sur, finalement c'est de retour en France qu'on se sent le moins en confiance
- le voyage est un appel au voyage, on nous avait prévenu...


Concernant les questions philosophiques, et oui les voyageurs ont du temps donc forcément ils pensent, on a pu confronter pas mal d'idées tout au long de l'année et en conforter d'autres. On va vous décevoir mais pour ce qui est des questions existentielles comme : La poule ou l’œuf; Le destin ou le hasard; Dieu ou les extraterrestres contre Darwin; Pourquoi bordel, pourquoi?... et bien on est pas plus avancé qu'avant.

à suivre...

Musique Maestro!
Nothing else matter

Open mind for a different view...


Bye-bye

Une dernière vidéo pour la route comme on dit, celle-ci gagne en chaleur ce qu'elle perd en exotisme.
(toujours à regarder en 1080p) (désolé vous n'y êtes malheureusement pas tous, on a fait au mieux...)

Show must go on !
( cliquez sur le lien !)





mercredi 17 décembre 2014

Ça sent la fin... et c'est moins pénible au soleil!




On s'est donc quittés à Vang Vieng, et bien il s'agissait finalement de notre dernière étape au Laos!! On a battu notre record du séjour le plus court dans un pays : 11 jours! C'est pas tout à fait vrai, il y a également eu Singapour, mais est-ce vraiment un pays?! :-)

On va quand même vous expliquer pourquoi. Après notre déception à Luang Prabang, on est donc arrivés à Vang Vieng plein d'entrain. Et après une première journée maussade au niveau du temps, tout s'est arrangé. La ville est plutôt agréable, les paysages magnifiques, et on a un petit bungalow bien confortable, le bonheur quoi! Du coup on en profite pour se remettre de nos émotions et on décide de se la couler douce quelques jours.




Amazing!

le lézard qui se prenait pour Van Damme!



Petite précision : il faut quand même, pour la défense du pays, dire que l'on est pas dans le meilleur état d'esprit. Notre tête est ailleurs depuis Luang Prabang, on a déjà un pied dans l'avion et l'autre au boulot pour ainsi dire. On arrive pas à être vraiment dans le voyage, on se projette, on pense, bref le retour est proche.
Du coup un dilemme se présente, on a désormais du temps devant nous, nous qui pensions être juste avec 3 semaines pour explorer le Laos, on se retrouve avec trop de temps!
La première option est de profiter de la dizaine de jour qu'il nous reste pour découvrir le sud du pays, plus tellement envie, la deuxième est de ressortir à Vientiane et de finir notre voyage en Thaïlande sur une île, ça nous enchante un peu plus! Après moult tergiversations on se décide pour la seconde option! Ben oui au final ça sert à rien de se forcer, on se sent bien ni l'un ni l'autre dans ce pays et ça serait dommage de finir là-dessus. Surtout que tout ce qui nous déplait dans le nord on risque de le retrouver dans le sud. On quitte le Laos sans regret! La seule chose vraiment dommage c'est qu'on a pas vraiment exploiter notre visa.

Après avoir profité des plaisirs que nous offraient Vang Vieng, c'est à dire, se balader, manger des sandwichs et des pancakes, boire l'apéro au bord de la rivière et observer les montgolfières au coucher du soleil, on refait nos sacs et on se met en route pour Vientiane. Tout s'enchaine parfaitement, on arrive à la capitale 4h plus tard, on prend un autre bus pour la ville frontière, on règle les formalités douanières, on passe le pont de l'amitié (encore un!), un dernier tuk-tuk et nous voilà à la gare de Nong Kaï en train d'acheter notre sésame pour Bangkok. 12H de train de nuit. Et pour nous rappeler des bons souvenirs de Birmanie on cède pas à la facilité des couchettes, on se prend un bon vieux siège en troisième classe, banquettes en bois certes, mais molletonnées, avec ce genre de détail on s'aperçoit que la Thaïlande est un pays développé :-).

Et nous revoilà donc à Bangkok pour la deuxième fois de ce voyage. La suite (et fin) du programme est enfin au point, on va aller se la couler douce à Koh Chang, une île située dans le golfe de Thaïlande, pas très loin de Bangkok. Un peu de farniente au bord de la plage s'avère être la solution idéale pour cette fin de voyage. Par contre, on attend la fin du week-end pour s'y rendre afin d'éviter la migration des locaux et expats vivant à Bangkok. Du coup ça nous laisse 2 jours à la capitale. On retrouve notre guesthouse et ses voyageurs au long cours, toujours aussi sympa de faire halte ici.
C'est d'ailleurs rigolo, on a rencontré d'autres voyageurs qui n'avaient pas appréciés leur voyage au Laos avec un ressenti similaire au notre, on se sent moins seuls. En même temps ils avaient des raisons supplémentaires de ne pas être enchantés (vol de scooter pour un et maladie pour l'autre...).
On en profite pour faire nos derniers achats avant le retour et redécouvrir certains quartiers, dont le très coloré chinatown.

Stupide chinois...

Un volontaire pour le numéro deux?!



Eloïse: On a enfin trouvé un aliment bleu!! Mais je sais pas ce que c'est!!

Vue de la montagne d'or



Cette balançoire était utilisée pour un jeu traditionnel, quelques morts plus tard tout a été arrêté...



La rue où l'on peut acheter des gros Buddha!

On quitte Bangkok, un peu de bus et de bateau et nous voilà rendu sur l'île de Koh Chang avant le coucher du soleil.
Bungalow sur une plage bien située pour graviter le long de la côte ouest avec le scooter qu'on louera le lendemain matin. Et voilà, après s'être pris la tête au Laos, on a enfin trouvé ce qu'il nous fallait pour déconnecter, la plage! Que ça fait du bien, on va pouvoir profiter sereinement de nos derniers jours de voyage!



Ici, avoir les doigts de pieds en éventail prend tout son sens!


Pas grand chose à vous raconter de plus, ni de photo à vous montrer d'ailleurs, car pour être honnête on ne fait rien à part profiter du beau temps! Plage, apéro, repas, plage... Et c'est à peu près tout.

See you soon!!! Un peu trop soon d'ailleurs :-)

lundi 8 décembre 2014

Là-haut...

Sabaydee!

On quitte la région de Chiang Mai et la Thaïlande pour se rendre au Laos.
On a bien une photo d'identité ainsi que 30$ us chacun, indispensable à l'obtention du visa Laotien, qui soit dit en passant est un autocollant très joli qui rempli une page supplémentaire de notre passeport.


La première ville se trouve à une dizaine de kilomètres du poste frontière et on a le droit à un accueil qui nous met dans de bonne condition. En somme, on nous souhaite la bienvenue en exigeant une petite fortune, payable en Bath, Dollar ou Kip (monnaie locale), pour effectuer les quelques kilomètres nous séparant de la civilisation. A t-on vraiment quitté la Thaïlande ? Quoi qu'il en soit on ne paye pas et on se met en route à l'aide nos petites jambes super entrainées. On marche 500 mètres, un songthaew s'arrête et le prix est divisé par trois, ok, va pour la préservation de nos jambes et de nos dos respectif !
Huay xai, ville sans charme dénuée d’intérêt, comme toute bonne ville frontière elle nous sert simplement d'étape à l'entrée dans ce pays. Première surprise, les drapeaux communistes (le marteau et la faucille sur fond rouge) flottent pour ainsi dire, partout. La deuxième, le Laos ayant été un pays sous occupation Française on retrouve les joies de la baguette, elle ne vaut pas celle de nos bonnes boulangeries mais elle est tout de même bien meilleure que « la paille » proposée par les moins bonnes d'entre elles.


A noter quand même qu'après plusieurs mois passés en Asie du Sud Est, c'est la première fois qu'on découvre le Mékong.

Oh le beau fleuve!

Le lendemain on prend la route avec pour objectif Luang Namtha réputé pour ses alentours, ses trekking à la rencontre des minorités vendus à prix d'or et payable, bien évidemment en dollar, encore une fois on ne trekkera pas !
On décide de s'y rendre en stop, un peu par curiosité et aussi un peu par défi.
La première âme charitable nous dépose à la station de bus en sortie de ville, il parle un excellent Français et nous apprend qu'aujourd'hui c'est le jour de la fête national, il en profite donc pour aller pécher sur les rives du Mékong qui en plus de ses poissons fait office de frontière naturelle entre le Laos et la Thaïlande.
Les choses sérieuses commencent donc à proximité de la station de bus, pour nous c'est une assurance non négligeable, au cas où.
1h30 plus tard on commence à vraiment douter, il y a bien 500 voitures qui sont passées devant nous, beaucoup ont ralenti, fait des signes de refus plus ou moins prononcés, klaxonnés, fait coucou, ignorés, mais aucune ne s'est arrêtées... De bien belle voiture, des pick-up pour la plupart, on s'attendait pas à en voir autant. Notre assurance part dans environ 40 minutes, on se laisse encore un quart d'heure avant d'acheter le sésame pour Namtha.
Et, ô miracle, quand on ne s'y attendait plus, une voiture s'arrête, on a du mal à se comprendre mais au final ils nous embarque et c'est parti!!
Nos sauveurs sont donc chinois, l'inconvénient c'est qu'ils parlent pas deux mots d'anglais, notre chinois et laotien sont assez déplorables donc la communication est vite limitée! On comprend que l'un d'entre eux va jusqu'à Luang Namtha notre prochaine destination, et effectivement après un changement de voiture nous voilà en route jusqu'à notre destination, super! Petite séance photo et notre chauffeur nous largue à l'entrée de la ville ;kopjai very much! Sauf que c'est une longue ville, pas très habitée mais vraiment longue, 10 kms! Du coup on retente le stop mais ça marche pas des masses et on finit par négocier avec un petit transporteur. On se trouve une guesthouse sympa et on passe le reste de l'après-midi à découvrir le coin .

Bien plus confortable que le bus local!

Un petit pont de bois qui ne tenait plus guère que par un grand mystère... lalala!

On commence à comprendre que manger nous coutera plus cher qu'en Thaïlande, bizarre pour nous, le pays étant beaucoup moins riche, on s'attendait à des prix différents. C'est ça de se mettre des idées en têtes avant de venir! Peut-être que cela s'explique par le faible nombre d'habitant et ça a l'air moins dans les habitudes de manger dans la rue.
Le lendemain on se loue un scooter, on part à la découverte du coin et c'est plutôt joli.





Ah oui, on a encore crevé un pneu, juste devant une échoppe qui répare les scooters, bon timing!!


Après une journée de scooter on se dit qu'il est temps de partir, car à part de nombreuses activités payantes pas vraiment dans notre budget, il n'y a pas grand chose à faire. Le kayak nous tente bien mais à 52$ la journée on se dit que c'est pas si attirant que ça !

Le lendemain on plie bagages et on se remet au stop. Après une heure trente au bord de la route on abandonne et on se décide à prendre le bus. Je sais pas pourquoi le stop se révèle si compliqué ici, c'est plutôt étonnant. D'ailleurs on rencontre à la station de bus un autre couple de français qui tendait aussi le pouce à Huay Xay, la première ville où l'on est arrivé, ils ont attendus 4h en vain et aujourd'hui ça n'a pas marché pour eux non plus! On prend donc le bus ensemble, on passera également la soirée en leur compagnie dans une ville-étape sans charme dont on a oublié le nom, c'est pas bien grave demain on reprend le bus à la première heure, en plus on dort juste en face de la station de bus mais comme rien n'est simple on apprendra le lendemain que ce n'est pas la bonne pour notre destination!


On renégocie donc sévèrement un tuk-tuk pour aller à l'autre gare routière, où l'on apprend que le bus qui se rend à notre destination est plus cher que ce que l'on pensait. Bon au final a-t-on vraiment envie d'aller là-bas? C'était juste pour pouvoir faire un petit trajet en bateau par la suite, trajet qui se révèle tout aussi cher... On abandonne l'idée. On prend donc directement un bus à destination de Luang Prabang, on saute une étape mais tant pis! (on saute surtout des transports selon notre point de vue du moment!)
Environ 7h de bus plus tard nous voilà rendu, le point positif de prendre autant de transport c'est qu'on redevient très fort en négociation car les prix sont toujours gonflés de 3-4 fois le tarif initial. Ben oui c'est normal qu'on devienne balèze en négoce, un tuk-tuk pour se rendre au bus, un autre pour rejoindre la ville puis re-tuk-tuk pour quitter la ville et ainsi de suite jusqu'à ce que mort s'en suive!
En tout cas on est certain d'une chose, si on part à nouveau sur le long terme, on fera différemment au niveau des transports!


La recherche de guesthouse est rapide, on trouve notre bonheur assez rapidement, en plein centre-ville et en plus le proprio est sympa! Prochaine étape se trouver à manger, alors la ville est très agréable, c'est vraiment mignon avec de jolies maisons coloniales, le mékong d'un côté et une autre rivière dont j'ai oublié le nom (encore...) de l'autre, mais le problème qui se pose c'est que cette jolie petite ville est beaucoup plus chère que le reste du Laos et ceci est valable pour absolument tout, nourriture comprise. Ce qui est plutôt énervant, parce qu'un fried rice ici ou ailleurs c'est toujours un fried rice!
Et le petit scooter qu'on avait louer 3 euros à Luang Namtha s'avère être à 12 euros ici!! Plus que tout, c'est le côté touriste = pigeon qui nous dérange. On a jamais rechigné à payer une prestation, que ce soit dans un pays cher ou pas, le prix c'est le prix là n'est pas la question, par contre on est pas du tout, mais pas du tout d'accord avec le fait de surpayé le fait d'être touriste et le fait d'être blanc, raccourci évident pour les locaux : on a de l'argent! certains le disent d'ailleurs : c'est rien pour toi 10000kip de plus (1€). C'est pas faux mais non, ça marche pas comme ça! Notre séjour à Luang Prabang va donc s'avérer plus court que prévu, pas moyen d'aller visiter les alentours sans passer par un tour organisé ( et avec le temps je pense que vous avez compris que c'est pas notre truc!) ou louer un scooter ce qu'on refuse au prix là.
On se contentera de la visite à pied, c'est quand même sympa même si le moindre temple s'avère payant (promis on arrête de se plaindre après ça!), impossible de monter sur une colline sans débourser 2 euros chacun, tant pis pour la vue.
Décision est prise, on part le lendemain, une journée suffit ici pour nous, on y trouve pas notre place. On se demande même si on trouvera notre place dans ce pays, on hésite à aller se dorer la pilule sur une île Thaïlandaise pour passer nos derniers jours de voyage plutôt que d'essayer de trouver les charmes Laotien. On se rend finalement compte que les gens viennent au Laos pour « les vacances », (on se détend quoi...) pas pour découvrir quoi que ce soit si ce n'est les paysages montagneux, fort jolis soit dit en passant, ou encore les zoo humain sous forme de trekking à la rencontre des minorités (peuple arborant des habits traditionnels fort colorés, femme girafe, ou encore bébé phoque!) bref, on se laisse jusqu'à Vientiane pour se décider. Ah oui on aller oublier, question préparation au retour on pouvait pas choisir mieux, comme chez nous les gens tirent la gueule et comme chez nous on trouve quand même quelques personnes sympa au sourire franc qui dénotent dans ce décor!
 
Et puis quitte à passer des vacances on préfère le faire en Thaïlande, d'où notre hésitation. Au moins l'argent tourne, une bonne partie de la population en profite même si il y a des choses à redire, entre autre : occidentalisation, prostitution, drogue... mais en cherchant à peine on trouve pas mal de petit havre de paix. Ici dans ce pseudo pays communiste, 75% des gens vivent avec moins de 2$ par jour, c'est très rural et vous vous en doutez il y a un gros fossé entre vie rurale et citadine. A côté de ça on peut voir d'incroyable maison en construction ou pas, qui ressemble plus à des palais qu'à des maisons, au milieu de petite ville ou village miteux. Je crois que l'idée du communisme, aux temps modernes, n'a jamais supporté le passage à la réalité, la corruption y est légion.

On se détend, on respire, tout va bien aller :-)
Allez on vous met quand même quelques photos! Sans rancune!
Passage au marché obligatoire et très appréciable lors de la découverte de la ville,





Disciple de bouddha, j'adore celui du milieu!




ouhou! on l'a trouvé!

Mais il y a pas grand chose à voir...
 On quitte Luang Prabang sans regret!

Sans regret on vous dit!!!
 
Rebelote avec les transporteurs, l'arrivée à Vang Vieng ou la palme d'argent du plus gros c..., bref on marchera! La palme d'or revient naturellement à celui de la gare routière de Médan à Sumatra!
 
On se trouve un bungalow très mignon au bord de la Nam Song avec en arrière plan les montagnes de type karstique (merci le guide:-)), MAGNIFIQUE! On va passer quelques jours ici, youpi !
L'endroit est connu pour tous ses excès, c'est dans ce petit village que les jeunes du monde entier viennent se « défoncer » à coup d'opium, d'herbe et de diverses substances, tout ça en faisant du tubbing dans des chambres à air sur la rivière! En 2012 le gouvernement a réglé tout ça en faisant le ménage (il a fallu pas mal de mort pour en arriver là, une vingtaine l'an on a entendu dire!), mais même si ce n'est plus autant la déchéance, on voit bien quelques personnes pas toutes nettes! Nous on y a trouvé autre chose, un petit bungalow, des paysages magnifiques et des scooters à 5€, ça s'annonce bien!



Et aujourd'hui lundi huit décembre deux mille quatorze, on commence à croire "aux signes que l'univers" nous envoi, il pleut...

A suivre...

:-)